Lundi 7 mai 2012 1 07 /05 /Mai /2012 15:46

 

 

On est là,

sur l’esplanade d’une gare.

C’est un dimanche et un 29 avril et on attend un train.

 

Sous un ciel lavé et un vent qui semble pour un temps vouloir s’apaiser, on regarde.

Aux pieds d’un homme de pierre blanche, dans sa souffrance allongé,

des hommes, des drapeaux, quelques femmes.

Des fleurs en gerbes laides, une à une, à ses pieds liés, déposées.

 

On regarde sans comprendre,

et pourtant on comprend.

Il y a là aussi des hommes qui jouent et des notes qui s’élèvent.

Et vient le Chant des Partisans.

 

On est loin, on n’était pas là pour ça.

L’esplanade est blanche et presque rieuse,

et calme et grave.

 

On ne peut pas ne pas regarder,

on ne peut pas ne pas écouter.

Mais d’autres images déboulent.

On ne les avait pas invitées,

elles s’imposent.

 

On sait si peu, trop peu, si peu,

de ce grand-père qui, un jour de l’année 1939,

dans cette même gare,

a du quitter.

Qui, quelques années plus tard, à nouveau, ce parvis, a foulé.

 

Plus de foule,

pas de fleurs ni de clairons,

seulement une femme et deux garçons.

 

C’était trop loin d’où il venait,

là où on l’avait envoyé.

C’était trop tard quand il est rentré,

les clairons s’étaient envolés.

 

On veut croire qu’il s’en serait moqué des clairons,

on en est presque persuadée.

Mais on ne sait rien,

rien que les deux ou trois bribes d’histoires qu’on nous a racontées,

et à partir desquelles on s’est mise à broder.

 

Il revenait de loin,

de plus loin encore.

On imagine qu’il ne devait pas être très épais.

On ne sait pas s’il restait de la lumière dans ses yeux.

On se demande.

 

On est là,

avec ces trois mots et ces images en tête,

avec des flots de larmes,

et des sanglots qui émergent d’un profond qu’on avait oublié.

 

On se fout de ceux-là et de leurs gerbes laides,

on pense à un homme.

 

Les hommes,

on les met dans des cases.

Résistants – déportés – Fusillés.


Mais il y a ceux, qui, par bonheur ou par malheur, n’y entreront jamais.

 

Je n’ai pas vu au pied de la statue,

 « Aux soldats de seconde classe,

partis sans avoir rien demandé,

qui n’ont pas baissé les bras,

les ont brûlés pour ne pas les donner,

qui n’ont pas baissé la tête,

et l’ont payé »

 

Ni résistants, ni déportés, ni fusillés,

mais les trois à la fois,

six ans après être partis, ils sont rentrés,

maigres et balafrés.

Sur le quai,

personne, sinon une femme et deux enfants, ne les attendait.

 

Ils ne seront jamais « résistants », « déportés », « fusillés »,

l’État n’a pas voulu.

Ça coûte cher une guerre.

N’ont jamais cessé de résister pourtant,

en ont payé le prix, dans leur chair, leur vie.

 

Il n’y avait pas de gerbes ce dimanche pour les oubliés, les reniés,

pour les injustement sacrifiés.

Pas de clairon non plus pour ceux qui n’avaient rien demandé,

qui ont été trahis, abandonnés.

 

Il y en avait en moi,

des fleurs,

et elles n’étaient pas laides.

 

Il y en avait pour lui,

et pour tous ceux qui comme lui sont partis,

sans avoir rien demandé.

Pour ceux qui sont rentrés, ou pas,

de si loin,

de là-bas,

les avant-bras brûlés,

et la lumière dans leurs yeux à jamais envolée.

 

Fleur rouge001

 

Ce là-bas-là.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par gaelle boissonnard
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Samedi 28 avril 2012 6 28 /04 /Avr /2012 15:10

 

Imaginons que le grand vent qui secoue aujourd'hui ce qui entoure l'atelier vienne aussi me secouer.

Imaginons qu'il rapporte avec lui l'inspiration partie.

Imaginons que dans huit jours nous ayons comme un grand changement à fêter.

Imaginons de l'air, de l'eau, des bras, des graines qui poussent, de la solidarité.

Imaginons une expo au début de l'été.

Imaginons des vies que nous aurions le désir d'inventer.

               

Maison--reduite.png

 

On ne sait rien, ou pas grand chose.

On verra.

On inventera.

Par gaelle boissonnard
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 2 avril 2012 1 02 /04 /Avr /2012 21:36

... mais pas seulement.

 

Barbara l'a chanté.

Nous, on aimerait bien pouvoir reprendre sa chanson,

dans quelques semaines,

et retrouver l'espoir d'enfin respirer un air dépollué des relents méprisants et mensongés d'un petit roi qui rêve d'être grand.

 


 

Photo1987.jpg

 

 

 

Regarde

Quelque chose a changé

L'air semble plus léger

C'est indéfinissable...

 


 



Par gaelle boissonnard
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Dimanche 11 mars 2012 7 11 /03 /Mars /2012 21:11

 

C'est l'été.

Arpenter du regard le bas côté du sentier,

mi-ombre, mi-soleil.

Le chemin est de sable, les abords de broussaille.

Laisser ses yeux divaguer, scruter, chercher,

se fixer.

Cueillir, du bout des doigts, le lilliputien trésor.


Se poser la question de la couleur.

 

Photo2181.jpg

Par gaelle boissonnard
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Jeudi 1 mars 2012 4 01 /03 /Mars /2012 21:39

 

Il y a du doux et de l'acidulé, 

 du piquant, du craquant, du velouté,

 des nappages couvrants ou transparents, des glacis déglacés.

Il y a des pots de verre et des cuillers pour mélanger,

des palettes de porcelaine fine et parfois même des fourchettes pour gratter.


Photo2345.jpg

 

Il y a, comme en cuisine, le délicieux plaisir d'inventer.


Photo2343.jpg

Photo2347.jpg

Photo2346.jpg

Par gaelle boissonnard
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 3 février 2012 5 03 /02 /Fév /2012 11:43

 

Ah, vous trouvez qu'il fait froid?

 

dessins-d-ete-7--ete-2007.jpg

Par gaelle boissonnard - Publié dans : dessins
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Vendredi 13 janvier 2012 5 13 /01 /Jan /2012 12:48

Entre le rare soleil et le fréquent brouillard,

le jour se faufile,

et doucement, se plait à s'étirer, en ce début d'année.

Qu'on le veuille ou non, il va falloir le suivre.

 


l-eveil--2007.jpg

Par gaelle boissonnard - Publié dans : dessins
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 3 janvier 2012 2 03 /01 /Jan /2012 20:25

Je l'ai sorti de mon chapeau.

Depuis huit ans qu'il y dormait,

je suis allée l'y réveiller.

Il m'a dit:

2 0 1 2 

 déjà?

J'ai dit oui.

Il m'a dit:

J'ai dormi tout ce temps là?

J'ai dit oui.

Il m'a dit:

Il parait que 


J'ai dit oui.

 

 

Calendrier-2004.-Clown-jpg

 

Alors il est rentré dans mon chapeau, et il s'est endormi.

Par gaelle boissonnard
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 29 décembre 2011 4 29 /12 /Déc /2011 10:17

Lien. nm (li-in)

Ce qui sert à lier

Fig. Tout ce qui attache et unit.


 Regardez, là, juste à gauche,

ces liens.

Fils d'araignées qui dessinent la grande toile, nous emmènent vers d'autres chemins.

Nous les avons choisis.
Comment?

 

En voici un justement,

c'est un arbre.

Baobab006.jpg

Baobab, ce n'est pas seulement un studio de création graphique,

sensible et exigeant,

c'est aussi un engagement.

Derrière l'arbre il y a des hommes qui pensent, qui s'indignent, qui réfléchissent et qui agissent.

Derrière l'arbre il y a des hommes qui pourraient nous pousser, tous, à réfléchir et à agir enfin autrement.

Et si on allait faire un tour au pied du grand arbre?


Baobab, création graphique.

TAMTAM: Une tentative de questionnement, proposée par Baobab.


Par gaelle boissonnard
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 9 décembre 2011 5 09 /12 /Déc /2011 15:25

... ça peut être ça aussi.

Un dimanche loin de l'atelier,

deux feuilles de chou rouge réduites en charpie,

un peu d'eau,

une passoire,

une pincée de magie, un brin d'acidité,

trois paires d'yeux penchées au dessus d'une bassine en tôle émaillée,

et le tour est joué.

Photo2294.jpg

Voilà le magenta, le bleu et le violet...

Par gaelle boissonnard
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 7 décembre 2011 3 07 /12 /Déc /2011 11:29

 

Une petite nouvelle...

Il s'agit de la naissance d'un site de vente en ligne, Arrêt sur image, sur lequel on pourra désormais trouver tous les produits édités par Correspondances et Rond de Lune.

Sur les rayonnages de cette virtuelle boutique les stocks commencent à s'empiler, mais, comme il faut du temps aux graines pour pousser, tout n'est pas encore arrivé.

Ça ne saurait tarder!

Un peu de patience, donc, et d'indulgence, sont demandées à celles et ceux qui viendraient s'y attarder.


 

dessin-calendrier-2011003.jpg

Par gaelle boissonnard - Publié dans : édition
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 6 décembre 2011 2 06 /12 /Déc /2011 16:49

 

Des ronds sur un frigo.
Voici la petite nouveauté éditée par Correspondances. 

Mais après tout, on peut bien les coller n'importe où.

 

Photo2305



Par gaelle boissonnard - Publié dans : édition
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Jeudi 1 décembre 2011 4 01 /12 /Déc /2011 11:03

Si j'étais animale.


belette001.jpg

 


Il fut un temps où j'étais une belette. 

Mais aujourd'hui, c'est fini.


Aujourd'hui, si j'étais animale,

et que je n'étais ni une belette,

ni la chatte qui dort sur mes genoux,

je serais une bête qui monte et qui descend,

je serais une femme.

Par gaelle boissonnard - Publié dans : portrait chinois
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Lundi 28 novembre 2011 1 28 /11 /Nov /2011 16:59

Un aperçu du travail exposé à L'Atelier du Coin. 

Détail d'un lé (étendard, ori-femme, kakemono?),

parmi les quatre présentés.

 

Photo2283.jpg

Par gaelle boissonnard - Publié dans : des expositions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 23 novembre 2011 3 23 /11 /Nov /2011 14:21

... ce n'est pas la neige, pas encore.

Ça pourrait être l'envahissant brouillard, mais non.

C'est, à quelques centaines de kilomètres au sud-ouest d'ici, la terre.



Blanc... Céramique,

c'est une exposition installée depuis hier,

Galerie des Carmes à Toulouse.

 

Les Aluminées, collectif de huit femmes céramistes y présentent leurs créations,

leurs recherches, leurs sensibilités.


 

Article blanc002

 

Avis à celles et ceux qui traînent dans cette région, la visite, j'en suis sûre, vaut le détour.


Et ce n'est pas seulement l'affection que je porte à quelques unes de ces belles personnes qui me le fait penser, 
je suis certaine qu'entre ces murs s'exposent depuis hier des oeuvres vraiment habitées. 

Images-depuis-le-20-fevrier-2010 1819

 

Exposition du 22 novembre au 3 décembre.
Galerie des Carmes.

33, rue des Polinaires

31000 Toulouse

http://lesaluminees.free.fr

 



Par gaelle boissonnard - Publié dans : des expositions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés